LA TECHNOLOGIE DU BROYAGE À LA FIN DE L’ÂGE DU BRONZE DANS LE SUD-EST DE L’ESPAGNE : PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES

DONNÉES
[+] Corpus archéologique[+] Données morpho-techniques[+] Données fonctionnelles[+] Données spatiales[+] Données de références
INTERPRÉTATIONS

LA TECHNOLOGIE DU BROYAGE À LA FIN DE L’ÂGE DU BRONZE DANS LE SUD-EST DE L’ESPAGNE : PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES

Selina DELGADO-RAACK

Universitat Autònoma de Barcelona, Prehistory, Post-Doc, Espagne

sdelgadoraack@hotmail.com

Cet article devait être publié en 2010. Pour des raisons liées au fonctionnement de la revue, il n’a pu paraître qu’en 2015.

Pour citer cet articleDelgado-Raack S., 2015, « La Technologie du broyage à la fin de l'Âge du Bronze dans le sud-est de l’Espagne : perspectives économiques », The Arkeotek Journal, 2015, n° 1, www.thearkeotekjournal.org.

Mots-clés

outillage macrolithiquematériel de broyagetechnologie préhistoriqueorganisation socialeSud-Est de l’EspagneÂge du Bronze.

INTRODUCTION

Au cours du 2nd millénaire av. J.-C., le cadre socio-politique des communautés vivant au sud-est de la péninsule ibérique a subi d’importants changements. Autour de 1550 cal BC, l’économie de la culture argarique, caractéristique de cette région au Bronze ancien et moyen, s’effondre. Le système de production de surplus qui la fonde n’est plus viable. Cet effondrement marque le passage à l’Âge du Bronze récent : une période encore très peu connue jusqu’à récemment contrairement à la période précédente, soit le Bronze ancien et moyen. Ces 10 dernières années toutefois, de nouvelles fouilles portant sur des sites de l’Âge du Bronze permettent d’appréhender la société de cette époque d’un point de vue économique.

Généralement les changements observés à l’Âge de Bronze récent concernent d’une part l’architecture, d’autre part les pratiques funéraires. En ce qui concerne l’architecture, il y a rupture partielle : des établissements qui avaient jusqu’alors contrôlé une production spécialisée (par exemple El Argar, La Bastida) sont abandonnés tandis que d’autres, tels Fuente Álamo ou Gatas, continuent d’être occupés mais avec un habitat entièrement nouveau, construit sur les ruines, arasées, des bâtiments la culture argarique (Bronze ancien et moyen), ou à côté. De nouveaux sites apparaissent aussi, tel que Murviedro où l’établissement a migré du sommet d’une colline voisine (the Argaric Cerro del Castillo) vers le bas de la pente, proche de la ville moderne de Lorca. En ce qui concerne les pratiques funéraires, il y a un changement radical par rapport à celles connues dans la région originaire de la culture argarique : les morts ne sont plus enterrés dans la zone d’habitat.

D’autres traits de la culture matérielle, tels que la technologie de la céramique ou la prolifération d’outils en métal, témoignent d’une transformation profonde du système économique que certains auteurs ont baptisée le groupe « Villena-Purullena » (Castro et al. 1999). Les sites représentatifs de ce groupe sont Cuesta del Negro (niveau II), Cerro de la Encina (niveau IIb), Fuente Álamo (horizon V), Gatas (horison V), Murviedro et Cabezo Redondo.

Du point de vue des changements sociaux, la principale hypothèse est celle du « Schéma Economique de Base » (Risch 1995). Selon cette hypothèse, la relation entre chacun des paramètres économiques (soit, du matériau brut à la force de travail, aux moyens de production et aux produits) a été complètement transformée dès lors que le contrôle social sur les moyens de production et les produits a cessé. L’absence d’exclusivité spatiale souligne un faible degré de spécialisation des espaces. En même temps, la faible concentration des instruments de travail comme l’absence d’accumulation de produits suggère une réorganisation de la production à un niveau spatial, où les rapports de propriétés ont décru en faveur de systèmes plus égalitaires.

L’article qui suit tente d’appréhender la société de l’Âge de Bronze récent dans le sud-est de la péninsule ibérique à partir des principaux traits caractérisant l’organisation de la production. Il sera focalisé sur la technologie du broyage, activité impliquant l’un des processus de production les plus intéressants dans la mesure où le broyage de denrées constitue alors la base de la subsistance des sociétés pré-industrielles. Pour ce faire, seront utilisées des données publiées récemment issues des sites de Fuente Álamo, Gatas ou Murviedro (Risch 1995, 2002, Delgado-Raack 2008) ainsi que des informations provenant de fouilles plus anciennes telles que celles effectuées à Cabezo Redondo (Soler 1987).

DONNÉES

Corpus archéologique

P0/1 L'étude porte sur le matériel de broyage, daté du Bronze récent, découvert sur des sites du sud-est de la péninsule ibérique

Ce matériel de broyage est constitué des meules qui proviennent de trois sites récemment fouillés, Fuente Álamo, Gatas, Murviedro, et d'un site anciennement fouillé, Cabezo Redondo.

[+]

Fuente Álamo

[–]

Fuente Álamo

Situé sur une colline dans le bassin de Vera (Almería), ce site est fouillé depuis les années 1970 par l'Institut archéologique allemand (German Archaeological Institute). La stratigraphie mise au jour va du Bronze ancien et moyen (culture argarique) au Bronze récent, phase d'occupation V : 1500-1300 cal. B.C. (culture postargarique).

Site archéologique de Fuente Álamo (Cuevas del Almonzora, Almería). Cliché : R. Risch.

[+]

Fuente Álamo

[+]

Gatas

[–]

Gatas

Situé à Turre (Almería), Gatas a été fouillé anciennement (1886) par une équipe belge, les frères Siret, puis récemment de 1985 à 2001. C'est le seul site du bassin de Vera qui comporte une séquence stratigraphique complète pour la préhistoire récente, soit des niveaux d'occupations relevant du Chalcolithique (culture pré-argarique), du Bronze ancien et moyen (période argarique), du Bronze récent (phase V : 1500-1300 cal. B.C.) et du Bronze final (phase VI : 1300-1000 cal. B.C.).

Site archéologique de Gatas (Turre, Almería). Cliché : Gatas project.

[+]

Gatas

[+]

Murviedro

[–]

Murviedro

Situé sur une colline dominant la ville moderne de Lorca, proche du château de Lorca, le site de Murviedro a été fortement endommagé par le creusement d'une carrière ancienne. Deux niveaux d'architectures ont été mis au jour et rapportés au Bronze récent à partir des datations radiocarbones effectuées. Le premier est caractérisé par des bâtiments mesurant jusqu'à 52 m2 (bâtiments I, II, III, IV, VI, VII, IX) et le second, par des bâtiments plus petits qui ont été juxtaposés aux premiers (bâtiments IA, IB, IIA, VIII). L'ensemble de ces bâtiments étant néanmoins très proche dans le temps selon les dates obtenues, de même que l'homogénéité de la céramique mise au jour nous a conduits à considérer un seul niveau d'habitation pour étudier l'organisation du travail sur ce site.

Site archéologique de Murviedro (Lorca, Murcia). Cliché : Museo Arqueologico of Lorca.

[+]

Murviedro

[+]

Cabezo Redondo

[–]

Cabezo Redondo

Situé à Villena dans la province d'Alicante, Cabezo Redondo a d'abord été fouillé par J. M. Soler après sa découverte sensationnelle, faite en 1963, du dit " grand trésor de Villena " (Soler 1987). Aujourd'hui, l'université d'Alicante y poursuit des recherches qui ont permis de mettre en évidence une occupation rapportée à la culture argarique (Bronze ancien et moyen) et une autre, la plus importante, rapportée au Bronze récent.

Site archéologique de Cabezo Redondo (Villena, Alicante). Cliché : Soler Garcia 1987 : 278, lam. 4B).

[+]

Cabezo Redondo

Données morpho-techniques

P0/2 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, les meules sont peu nombreuses

Par rapport au Bronze ancien et moyen qui a précédé (culture argarique), le nombre de meules décroît au cours du Bronze récent. A Fuente Álamo, par exemple, entre les deux périodes, il passe de 54,4% de l'ensemble des outils macrolithiques découverts à 32,53%. A Gatas, par rapport au sédiment fouillé dans chaque phase d'occupation, la quantité de meules décroît, comme le montre le schéma (fig. 2), entre la phase IV (Bronze moyen final) et la phase V (Bronze récent).

Répartition quantitative des meules au cours de l'occupation de Gatas, calculée par rapport au sédiment fouillé (phase I : Chalcolithique (pré-argarique), phases II-IV : Bronze ancien et moyen (argarique), V-VI : Bronze récent (post-argarique), VII : andalusien, Lull et al. 2010 : fig.8)

P0/3 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, les meules ont été fabriquées à partir de matériaux locaux ou, à défaut, de matériaux exogènes

Les systèmes d'approvisionnement en matériaux bruts sont estimés à partir du poids de chaque type de roche répertoriée sur chaque site et de la distance de leur provenance. Ainsi l'approvisionnement des sites en matériaux, au Bronze récent, fut principalement local, comme ce fut aussi le cas pour d'autres périodes de la préhistoire récente dans le sud-est de la péninsule ibérique. A Gatas, la plupart des meules sont issus de matériaux locaux trouvés dans les dépôts alluviaux voisins, à savoir du mica-schiste à grenat, une infime minorité seulement sont issus de matériaux situés à plus de 10 km (Delgado-Raack 2008 : 3.2.3). De même à Fuente Álamo où les outils sont majoritairement en mica-schiste à grenat, un matériau provenant du lit d'une rivière situé à 5 km (Risch 2002). A Murviedro en revanche, 17% des meules sont issues de matériaux volcaniques qui proviennent de plus de 30 km. En incluant l'ensemble des outils macrolithiques trouvés sur le site, les roches volcaniques en représentent près du quart.

Pour les meules découvertes à Murviedro, rapport entre le poids total des roches (axe Y) utilisées pour le broyage et les distances de provenance de ces roches(axe X). Delgado-Raack : 2008, fig. 3.1.25).

P0/4 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, les meules sont principalement planes ou convexes

Le profil d'une meule est important pour le broyage. Il influe en effet tant sur la forme du pilon/broyeur que sur l'efficacité du broyage. Plus le contact entre meule et pilon est important plus le grain sera vite réduit en farine (Hürlimann 1965, Zimmermann 1988).

Répartition quantitative (%) des profils des meules répertoriées sur les sites (Fuente Álamo, Gatas, El Argar, Madres Mercedarias-Lorca) du Bronze ancien et moyen (culture argarique) et sur les sites du Bronze récent (Fuente Álamo, Gatas, Murviedro). Risch 2002 : ta.5.6, Delgado-Raack 2008.

P0/5 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, les meules sont peu transformées

Le soin fourni à la préparation d'un outil peut être mesuré par un index qui enregistre le rapport entre le nombre de surfaces conservées et le nombre de surfaces transformées (IT = n surfaces transformées/n surfaces conservées). En se basant sur cet index, il en résulte, malgré l'absence de différences statistiquement significatives, qu'au cours des différentes phases d'occupation de la vallée du Guadalentín en Murcia (notamment Murviedro), les meules du Bronze récent ont reçu moins d'investissement technique que celles des phases d'occupation précédentes. Il en est de même pour les meules du site de Fuente Álamo, en Almería (Risch 2002 : 229).

A gauche : Index mesurant la transformation des meules, répartition par périodes, Chalcolithique (Lorca), Bronze ancien et moyen (Lorca et Los Ciprese) et Bronze récent (Murviedro), à partir des sites fouillés dans la vallée de Guadalentín en Murcia (Delgado-Raack 2008 : 4.1.11). A droite : Meules trouvées à Murviedro avec des traces de percussion sur les bords longitudinaux (Delgado-Raack 2008 : fig.4.1.6).

P0/6 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, la surface active des meules n'est jamais grande

Tandis que les différences de taille des meules entre le Bronze ancien-moyen et le Bronze récent, vraisemblablement dues à la taille des galets disponibles, ne sont pas très nettes (fig. 1) ni significatives, les dimensions de la surface active de broyage des meules révèle quelques différences entre les deux périodes. Les surfaces actives des meules du Bronze récent ont tendance à être plus petites que celles des meules du Bronze ancien et moyen.

Dimensions des surfaces actives des meules bien conservées pour les périodes du Bronze ancien-moyen (culture argarique, sites de Lorca et de Gatas) et du Bronze récent (site de Murviedro).

Données fonctionnelles

P0/7 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, l'indice d'usure des meules est faible

L'intensité du travail d'une meule est liée notamment au mouvement du pilon/broyeur sur sa surface active. Au cours du processus de broyage, l'épaisseur d'une meule diminue jusqu'à ce que celle-ci ne soit plus efficace au travail. L'indice d'usure d'une meule, mesurée à partir du rapport entre longueur et épaisseur (Risch 2002 : 54), fournie ainsi son intensité au travail. Des estimations faites à partir de meules provenant de la vallée du Guadalentín et datées des 3ème et 2nd millénaires indiquent d'une part que l'indice d'usure chute à partir du Bronze récent d'une part et d'autre part qu'il est aussi extrêmement variable.

Meule provenant du site de Murviedro dont l'épaisseur est encore égale à plus de la moitié du galet originel.

Répartition des indices d'usure des meules au cours des périodes du Néolithique/Chalcolithique (site de Lorca), du Bronze ancien-moyen (culture argarique, sites de Lorca et Los Cipreses) du Bronze récent (Murviedro) dans la vallée du Guadalentín (Delgado-Raack 2008 : fig. 4.1.15).

P0/8 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, les meules ont fréquemment des rebords

La présence de rebords sur les extrémités distales des meules est une caractéristique à la fois de l'extension de la surface active et du soin apporté à son maintien. Quand le pilon/broyeur n'est pas actionné par un mouvement couvrant la longueur de la meule, il y a un développement des rebords aux extrémités. De tels rebords sont plus fréquents sur les meules du Bronze récent que sur celles des périodes antérieures. Sur les meules de Gatas et de Fuente Álamo, l'index de fréquence augmente nettement au Bronze récent.

Présence d'un rebord sur un fragment d'une meule trouvée à Murviedro.

P0/9 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, les traces de ravivage de la surface active des meules sont rares

Pour conserver la surface active d'une meule en forme de U ou V, il est théoriquement nécessaire, lors du broyage de céréales, d'en entretenir la rugosité avant qu'elle ne devienne lisse. Cet entretien laisse des traces. Or les meules du Bronze récent observés révèlent clairement le peu d'attention accordée à la conservation de la rugosité idéale du matériel de broyage. Cette tendance est observée, notamment à Fuente Alamo (Risch 2002 : 229).

Fréquence relative des meules ravivées par rapport au nombre total de meules découvertes sur des sites de la vallée de Guadalentín.

P0/10 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, les meules ont eu plusieurs fonctions

L'analyse des micro-traces a mis en évidence quatre types d'usure (fig. 1), correspondant respectivement à quatre usages différents. Micro-usure 1 : Meule et pilon/broyeur ont été mus selon un mouvement de va-et-vient pour broyer un matériau non huileux de nature indéterminée. Micro-usure 2 : La surface de la meule a servi à broyer des céréales par frottement à l'aide d'un pilon en bois. Micro-usure 3 : Généralement interprétée comme due à diverses fonctions de broyage de nature différente (matériaux durs et tendres). Micro-usure 4 : Travail de l'ocre par friction ou percussion. Au regard des fréquences observées, la multifonctionnalité des meules est plus importante au Bronze récent qu'au Bronze ancien et moyen. De plus, les " smoothed platoos " caractéristiques des usages correspondant aux meules à grain sont très rares sur les surfaces actives des meules du Bronze récent.

Fréquence (%) des différents types d'usure observés sur les surfaces de broyage au cours du Néolithique et du Chalcolithique (Lorca), du Bronze ancien et moyen (Lorca et Los Cipreses) et du Bronze récent (Murviedro) dans la vallée du Guadalentín (Delgado-Raack 2008 : fig.4.1.35).

Intensité des 'smoothed platoos " sur les surfaces de broyage de la vallée Guadalentín avec répliques en charbons (Delgado-Raack 2008 : fig.4.1.27). Plus le % est élevé plus les " platoos " sont étendues.

Données spatiales

P0/11 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, sur les sites de Fuente Álamo et de Murviedro, des outils de broyage sont présents dans chaque habitation

A Fuente Álamo, la répartition du matériel a été étudiée pour six habitations (1-6) et deux espaces ouverts (1-2). A Murviedro, onze bâtiments (I-IV, IA, IB, IIA et VI-IX) et deux espaces ouverts (V et X) y ont été mis au jour.

Murviedro : Fréquence (en nombre et %) des outils macrolithiques répartis à l'extérieur et à l'intérieur des bâtiments fouillés.

Répartition des outils et des activités au Bronze récent dans les unités spatiales fouillées à Murviedro. Les parenthèses indiquent un bâtiment non complètement fouillé ou mal conservé.

[+]

Fuente Álamo

[–]

Fuente Álamo

Bien que l'habitation 1 ait essentiellement servi à broyer des céréales, elle eut aussi d'autres usages tels que le broyage de végétaux, la métallurgie, le façonnage de céramique, le travail du bois ou de l'os. L'habitation 2 témoigne d'activités similaires. L'habitation 4 semblerait avoir principalement servi aux mêmes tâches, notamment au broyage de céréales et au traitement d'autres végétaux mais une partie n'a pas encore été dégagée. Ces trois maisons recélaient la même quantité d'outils de broyage et étaient toutes équipées d'une meule à rainure centrale et de matériaux bruts destinés à la fabrication d'outils de broyage.

Répartition spatiale des outils lithiques bien conservés dans les niveaux du Bronze récent mis au jour sur la pente est de Fuente Álamo (Risch 2002 : fig. 6.11).

[+]

Fuente Álamo

[+]

Murviedro

[–]

Murviedro

Près d'un tiers des artefacts macrolithiques ont été trouvés à l'extérieur des bâtiments. Ce qui indique que de nombreuses activités étaient effectuées dans des espaces communs - lesquels étaient aussi utilisées comme aires de rejets. Les meules et autres outils lithiques sont répartis dans toutes les habitations mais en faible quantité, sauf exception, pas plus d'une meule par maison. S'y ajoute aussi des outils fonctionnellement très différents, reliés à des processus de production variés sans qu'il y ait dominance de l'un ou de l'autre.

[+]

Murviedro

P0/12 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, sur les sites de Gatas et de Cabenzo Redondo, la distribution spatiale des outils de broyage indique la présence de quelques rares zones fonctionnellement spécialisées

[+]

Gatas

[–]

Gatas

Les espaces dédiés aux activités sont variés. Bien que les espaces de travail, pour la plupart, ont été consacrés, d'après les outils trouvés, à des tâches très diverses (métallurgie, céramique et broyage de céréales), deux espaces sembleraient avoir été plus spécialisés dans le broyage de céréales. L'un incluait 6 meules, l'autre 7 ainsi qu'une fosse en pierre et une plateforme où étaient concentrés des grains d'orge et de blé. Les uns concentrent une quantité importante de meules jusqu'à 6-7, les autres non.

Répartition des outils et des activités au Bronze récent dans les unités spatiales fouillées à Gatas. Le symbole * indique des espaces ouverts probables.

[+]

Gatas

[+]

Cabenzo Redondo

[–]

Cabenzo Redondo

Parmi les unités spatiales mises au jour, la répartition des meules est très inégale. Tandis que plupart, soit 10 sur 18, recélaient au moins une meule chacun, les autres n'en recélaient aucune. Parmi les 10 bâtiments avec meule, certains n'en avaient qu'une mais d'autres en recélaient jusqu'à 6 (unité XV). Cette grande variété ajoutée à celle de la dimension des bâtiments ne permet pas d'estimer le nombre de personnes vivant, en théorie, dans chacun (Risch 1995 : 171 ; Risch 2002 : fig. 7.9/12). L'unité XV était sans doute la plus importante pour le broyage de céréales. Outre 6 meules, y ont été trouvés 4 aiguisoirs, 1 moule, 1 percuteur et 4 nucléii (Soler 1987 : 75). Elle comprenait aussi deux plates-formes destinées au broyage (Soler 1987 1987 : lam. 29) et des récipients de tailles variées remplis de blé et d'orge.

Répartition des outils dans les unités spatiales du Bronze récent à Cabenzo Redondo. Les parenthèses indiquent un bâtiment non complètement fouillé ou mal conservé.

[+]

Cabenzo Redondo

Données de références

P0/13 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, les dimensions des bâtiments sont extrêmement variables d'un site à l'autre

Bien qu'aucun établissement de cette période n'ait été intégralement fouillé, les dimensions moyennes des bâtiments de Gatas sont plus petites que celles observées pour la période argarique antérieure. Il en est de même à Fuente Álamo (Risch 2002). En revanche, il y a une variabilité considérable de bâtiments au sein de chaque site comme entre les sites. Tant à Murviedro qu'à Cabezo Redondo, des bâtiments de 8 m2 furent utilisés en même temps que des bâtiments de 50 m2. Tandis que sur la plupart des sites, il est assez habituel de trouver des bâtiments d'environ 20 m2 ou plus, le plus grand répertorié à Gatas fait seulement 15 m2.

Dimensions des bâtiments fouillés à Gatas (Bronze ancien/moyen-période argarique et Bronze récent), classification par taille croissante (d'après Delgado-Raack 2008 : figs 7.2.3 et 7.3.3).

P0/14 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, il y a un accroissement de la consommation de plantes sauvages

Au Bronze récent, la cueillette et les plantes sauvages constituent une part importante des moyens de subsistance (fig.1) et la consommation de plantes témoigne d'un index de diversités assez élevé (fig.2). Parmi les plantes cultivées, l'orge constitue la céréale principale mais sur des sites, tels que Gatas et Fuente Álamo, de nouvelles plantes apparaissent : des fruits et des légumes (Pisum sp., Lens sp., Vicia faba, Vicia sativa, Triticum Hexaploide/durum, Vitis sp. et Olea sp. Olea (Clapham et al. 1999 : 311-319, Stika 2000).

Fréquence relative en % des plantes cultivées et des plantes sauvages au Bronze ancien/moyen (période argarique) et au Bronze récent, site de Fuente Álamo (calcul en fonction du volume de sédiment fouillé - d'après Stika 2000 : 183).

P0/15 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, les grandes jarres à grain sont rares et les récipients variés

Les sites du Bronze récent sont caractérisés par une absence générale de dispositifs de stockage à l'échelle supra-domestique, tels ceux que l'on trouve habituellement pour stocker de grandes quantités de céréales. Les indices de grosses jarres de stockage y sont ainsi très rares. A Fuente Álamo, par exemple, la poterie est principalement représentée par des bols, des assiettes et des pots (Arteaga et al. 2002 : 111-116). Gatas, au Bronze récent, a livré un ensemble de poterie dont 70% sont constitués de récipients ouverts et bols servant à la consommation individuelle de denrées. Des récipients de taille moyenne sont aussi présents et ont pu servir à la distribution et au processus de stockage de nourriture à petite échelle (Castro et al. 1999 : 227 et fig. 135). Les formes typiques de cette période sont aussi des bols ouverts carénés avec un fond plat et des bouteilles (figs. 1 et 2). A Gatas (Castro et al. 1994) ainsi qu'à Cuesta del Negro (Molina y Pareja 1975), quelques tessons isolés d'une poterie faite au tour indiqueraient une origine syrienne (Martin de la Cruz & Perlines 1993).

Récipients typiques du Bronze récent, provenant des bâtiments VII (1-3) et XV (14) de Cabezo Redondo (Soler 1987 : lam. 87).

Récipients ouverts et carénés du Bronze récent, provenant du bâtiment XV et de l'aire indéterminée de Cabezo Redondo (Soler 1987 : lam. 88 et lam. 89).

P0/16 Au Bronze récent, dans le sud-est de la péninsule ibérique, il y a un important développement de la métallurgie et de l'orfèvrerie avec apparition de nouveaux objets

L'orfèvrerie se développe massivement à partir de 1550 BC cal. avec l'introduction d'une nouvelle technique de production d'objets en or et en argent (Armbruster et Perea 1994 : 69-87). L'exemple le plus spectaculaire est représenté par les quantités d'or et d'argent trouvées dans les deux trésors associés à la principale occupation de Cabenzo Redondo. Le " grand trésor " et le " petit trésor " recelaient ainsi respectivement 1kg et 150 gr d'objets en métaux précieux, tels que diadèmes, bracelets, pendentifs ou boutons, récipients, bouteilles, lingots. Beaucoup d'objets en étain, de même qu'en or et en argent, ont aussi été retrouvés dans les autres sites de cette période. La plupart de ces objets ont été travaillés et correspondent surtout à des ornements ou objets d'apparat, à l'exception des armes.

" Le grand trésor " de Villena et de Cabezo Redondo (Hernandez 2005 : 120-121, n°42 et 43) : Tubes en or, probablement utilisés comme pendentifs ou boutons (en haut), bouteilles métalliques en argent et en or (en bas à gauche) et deux récipients analogues, l'un en or l'autre en céramique (en bas à droite).

P0/17 Selon des données ethnographiques, une à deux meules par maisonnée indiquent une production domestique

En Mésoamérique, le nombre de meules par unité spatiale équivaut au nombre de femmes matures qui est directement relié à la dimension du groupe utilisant cet espace. Ainsi, une maison Hopi peut avoir de 2 à 4 meules, selon que la famille est nucléaire ou étendue (Sturtevant & Ortiz 1979 : 562, fig. 16). Tandis que des familles nucléaires ont généralement 1 à 2 meules, les familles étendues en possèdent plutôt davantage. Si deux personnes sont vouées au broyage dans une maisonnée, il s'agit d'une production domestique survenant à ses propres besoins (Horsfall 1987 : 358-359). Le cas opposé serait représenté par les " usines " à farine du 3ème millénaire en Mésopotamie, où plus de 1000 personnes pouvaient participer en même temps à des activités de broyage (Grégoire 1999).

INTERPRÉTATIONS

Organisation du travail de broyage

P1/1 Au Bronze récent dans le sud-est de la péninsule ibérique, les meules témoignent d'une forte variabilité technique

Les exigences techniques requises pour le matériel de broyage semblent avoir été pragmatiques. Le travail d'une meule n'est corrélé à aucun trait tel que le type de roche, la fonction et la forme. Le façonnage des meules n'a pas été important probablement en raison des multiples usages auxquels ces outils furent assignés. Des différences statistiquement significatives ne sont observées qu'entre l'intensité d'usure et quelques groupes de matières premières, les deux roches les plus utilisées, le mica-schiste à grenat et le conglomérat, diffèrent clairement des autres.

P1/2 Au Bronze récent dans le sud-est de la péninsule ibérique, les meules étaient mal entretenues

Le peu de soin apporté à la fabrication des meules va de pair avec leur absence d'entretien en cours d'usage.

P1/3 Au Bronze récent dans le sud-est de la péninsule ibérique, les activités de broyage ont été principalement pratiquées à l'échelle domestique

Des établissements tels que Fuente Álamo et Murviedro ont montré une variété d'activités de productions éparpillées dans une grande partie des bâtiments. Différentes activités ont ainsi coexisté avec le broyage sans qu'aucune ne prédomine vraiment sur l'autre. La faible concentration d'outils de production (meules) en association avec d'autres suggère une production de nature domestique. De même, la similarité des équipements techniques trouvés dans la plupart des bâtiments suggère plutôt un accès égalitaire à la production et à la consommation.

Différentes étapes d'un graphe montrant la relation entre les différentes catégories d'outils. Plus la taille des sphères est grande plus forte est le degré de connectivité entre une catégorie et les autres.

P1/4 Au Bronze récent dans le sud-est de la péninsule ibérique, les activités de broyage ont parfois été pratiquées dans des zones spécialisées (ateliers)

Certains sites, tels que Gatas ou Cabezo Redondo, recèlent des vestiges d'ateliers où le broyage fut pratiqué au-delà des besoins d'une seule unité familiale élémentaire. En témoigne la quantité variable des meules par bâtiment.

P2/1 Au Bronze récent dans le sud-est de la péninsule ibérique, le broyage de céréales était peu important

Le petit nombre de meules, leur forte variabilité tant morpho-technique que fonctionnelle, la petitesse de leur surface active comme leur mauvais entretien général sont autant d'indices du rôle peu important tenu par le broyage de céréales au sein des communautés de cette époque.

P2/2 Au Bronze récent dans le sud-est de la péninsule ibérique, les activités de broyage ont revêtu différentes formes d'organisation (domestique et spécialisée)

La variabilité des dimensions des bâtiments et la distribution spatiale des outils de broyage sur chaque site indiquent que différentes formes d'organisation du travail ont coexisté au Bronze récent. L'organisation de la vie pourrait avoir été quelque peu différente sur chaque site, selon la taille de la population, les paramètres topographiques et /ou la configuration des processus de production au sein de la communauté.

Économie des communautés

P2/3 Au Bronze récent dans le sud-est de la péninsule ibérique, quelques communautés pourraient avoir développé une économie de surplus

Le cas unique du site de Cabezo Redondo avec sa quantité d'objets en or et en argent retrouvés, enterrés dans des caches, suggère la possibilité d'acquérir des objets en surplus bien que dans l'état présent, nous ne puissions déduire ce surplus des activités de broyage (amélioration des moyens de production et augmentation de la force de travail). La présence de telles quantités de travail au sein des " trésors " en or et argent du site soulève ainsi la question des possesseurs de tels objets. Qui étaient-ils ? Ces objets appartenaient-ils à une élite contrôlant une part importante de la production dans la région ou ne sont-ils que le résultat d'une longue accumulation au cours du temps de biens appartenant à toute la communauté ? Des propositions ont été avancées sur l'existence de " principautés " au sein desquelles étaient payées des contributions à l'élite gouvernante (Arteaga et al. 2002 : 104 ss, Martinez & Alfonso 1998, Monina et Camara 2004). D'autres ont avancés l'existence d'une société de classes basée sur le contrôle de l'or (Jover y Lopez 2004 : 298). En fonction du caractère excentré du site de Cabezo Redondo, à la périphérie du territoire de la période argarique précédente, et des preuves d'activités spécialisées dans certains ateliers du site, il serait possible que le système de production hiérarchisé mis en place au cours de la période argarique précédente ait prévalu dans la région (Risch 2002 : 281).

A gauche : " Le trésor de Villena " en cours de fouilles après sa découverte en 1963 ; à droite : " le petit trésor " trouvé à Cabezo Redondo après nettoyage. (VV.AA. 2005 : lam. 3 et p.119).

P5/1 Au Bronze récent dans le sud-est de la péninsule ibérique, l'organisation socio-économique voire politique des communautés a pu revêtir différentes formes

Les données concernant tant la production de céréales que celle d'autres objets suggèrent l'existence de différentes formes d'organisation du travail au sein des sociétés du Bronze récent. Les communautés qui occupaient les sites de Gatas, de Fuente Álamo et de Murviedro reposaient sur une économie pratiquée principalement à l'échelle domestique et dans des espaces ouverts bien que, parallèlement, quelques bâtiments suggèrent l'existence d'ateliers. Ces ateliers concentraient des moyens de production élevés même si la division du travail était peu développé, eu égard au nombre d'outils différents présents dans le même espace. Le site de Cabezo Redondo en revanche a quelques caractères propres aux sociétés de classe de la période précédente. En fonction des " trésors " en métal qui y ont été trouvés, il pourrait y avoir eu entre les communautés ou les individus, des différences d'ordre symbolique plutôt que socio-économique.

Remerciements

Je voudrais remercier Roberto Risch (université de Barcelone) de m’avoir initiée à l’étude du matériel de broyage ainsi que Blanche Barthélemy de Saizieu (CNRS – UMR 7055) pour la réécriture au format SCD, la mise en forme et la traduction française de cet article.

Photographie et illustrations

© Selina Delgado, sauf mentions contraires dans les légendes

Bibliographie

ARMBRUSTER B. & PEREA A. 1994. Tecnología de herramientas rotativas durante el Bronce Final atlántico. El depósito de Villena. Trabajos de Prehistoria, 51/2, p.69-87.ARTEAGA O., SCHUBART H., PINGEL V., ROOS, A.-M. & KUNST, M. 2002. La culminación de las excavaciones arqueológicas de Fuente Álamo (Cuevas del Almanzora). Campaña de 1999. Anuario Arqueológico de Andalucía, II, p. 104-119.CASTRO P. V. 1992. La Península Ibérica entre 1600-900 antes de nuestras era. PhD Thesis. Bellaterra, Universitat Autònoma de Barcelona. http://ddd.uab.cat/pub/tesis/1992/tdx-0719110-150426/TPCM01de18.pdfCASTRO P.V., CHAPMAN R.W., COLOMER E., GILI S., GONZÁLEZ MARCÉN P., LULL V., MICÓ R., MONTÓN S., RIHUETEC., RISCH R., RUIZ PARRA M., SANAHUJA YLL Mª E. & TENAS M. 1994. Proyecto Gatas: Sociedad y economía en el sudeste de España c. 2500-900 cal ANE. Sevilla, Research Report presented to the Consejería de Cultura de la Junta de Andalucía.CASTRO P., COLOMER E., COLOMER E., GILI S., GONZÁLEZ MARCÉN P., LULL V., MICÓ R., MONTÓN S., OLMO L., RIHUETE C., RISCH R., RUIZ M., SANAHUJA YLL Mª E, TENAS M., & STRYDONCK, M. V. 1995. La serie radiocarbónica de Gatas (Turre, Almería): diacronía y fasificación del depósito arqueológico. Anuario Arqueológico de Andalucía 1992, II, p. 27-37.CASTRO, P., LULL, V. and MICÓ, R. 1996. Cronología de la prehistoria reciente de la Península Ibérica y Baleares (c. 2800-900). Oxford, BAR Internacional Series, 652.CASTRO P.V., CHAPMAN R.W., GILI S., LULL V., MICÓ R., RIHUETE C., RISCH R. & SANAHUJA M. E. 1999. Proyecto Gatas 2. La dinámica arqueoecológica de la ocupación prehistórica. Monografías Arqueológicas. Sevilla, Junta de Andalucía, Consejería de Cultura.CLAPHAM A. J., JONES M. K., REED J. & TENAS M. 1999. Análisis carpológico del proyecto Gatas. In Castro P. V., Chapman R. W., Gill S., Lull V., Micò R., Rihuete C., Risch R. & Sanahuja M. E (eds.), Proyecto Gatas 2: La dinámica arqueológica de la ocupación prehistórica. Monografías Arqueológicas. Sevilla, Junta de Andalucía, Consejería de Cultura, p. 311-319.DELGADO-RAACK S. 2008. Prácticas económicas y gestión social de recursos (macro)líticos en la prehistoria reciente (III I milenios ac) del mediterráneo occidental. PhD Thesis. Bellaterra, Universitat Autònoma de Barcelona.http://tdx.cat/bitstream/handle/10803/5528/sdr1de3.pdf?sequence=1GONZÁLEZ P. 1991. Cronología del Grupo Argárico. Ensayo de fasificación radiométrica a partir de la curva de calibración de Alta Precisión. PhD Thesis. Bellaterra, Universitat Autònoma de Barcelona.GRÉGOIRE J.-P. 1999. Major units for the transformation of grain. The grain-grinding huoseholds (e2-HAR.HAR) of southern Mesopotamia at the end of the Third Millenium BCE. In Anderson, P. C. (ed.), Prehistory of agricultura. New Experimental and Ethnographic Approaches. Monograph 40. Los Angeles, University of Los Angeles, p. 223-237.HEDGES R. E. M., HOUSLEY R. A., BRONK C. R. & VAN KLINKEN G. J. 1992. Radiocarbon dates from the Oxford AMS system: Archaeometry Datelist 15. Archaeometry, 34/2, p. 337-357.HEDGES R. E. M., HOUSLEY R. A., BRONK C. R. & VAN KLINKEN G. J. 1993. Radiocarbon dates from the Oxford AMS System, Archaeometry Datelist 17. Archaeometry, 35/2, p. 305-326.HERNANDEZ M. S. 2005. Los tesoros de Villena y Cabezo Redondo. In Hernández M. S. & Soler J. A. (eds), El Tesoro de Villena. Un descubrimiento de José María Soler. Alicante, Fundación MARQ, p. 110-125.HORSFALL G. A. 1987. Design Theory and Grinding Stones. In Hayden, B. (ed.), Lithic Studies Among the contemporary Highland Maya. Tucson, University of Arizona Press, p. 332-377.HÜRLIMANN F. 1965. Neolithische Handmühlen von einer Ufersiedlung am Greifensee. Jahrbuch der Schweizerischen Gesellschaft für Urgeschichte, 52, p. 72-86.JOVER F. J. & LÓPEZ J. A. 2004. 2100-1200 BC. Aportaciones al proceso histórico en la Cuenca del Río Vinalopó. In Hernández L. & Hernández M. S. (eds.), La Edad del Bronce en tierras valencianas y zonas limítrofes. Villena, Ayuntamiento de Villena, p. 285-302.JOVER F. J. & LÓPEZ, J. A. 2009. Miquel Tarradell y José María Soler: la revolución radiocarbónica y la Edad del Bronce en la Península Ibérica. Pyrenae, 40/2, p. 79-103.LULL V., MICÓ R., RIHUETE C. & RISCH R. 2010. Relaciones políticas y económicas de El Argar. Menga, 1, p. 11-35.MARTÍN DE LA CRUZ J.C. & PERLINES M. 1993. La cerámica a torno de los contextos culturales de finales del segundo milenio a.C. en Andalucía. In Actas do I Congresso de Arqueologia Peninsular. Trabalhos de Antropologia e Etnologia XXXIII, p. 333-49.MARTÍNEZ G. & AFONSO J. A. 1998. Las sociedades prehistóricas: de la Comunidad al Estado. In Peinado R. (ed.), De Ilurco a Pinos Puente. Poblamiento, economía y sociedad de un pueblo de la Vega de Granada. Granada, Diputación Provincial de Granada, p. 21-68.MOLINA F. & PAREJA E. 1975. Excavaciones en la Cuesta del Negro (Purullena, Granada). Excavaciones Arqueológicas en España, 86. Madrid, Ministerio de Cultura.MOLINA F. & CÁMARA J.A. 2004. La Cultura de El Argar en el área occidental del Sureste. In Hernández L. & Hernández M. S. (eds.), La Edad del Bronce entierras valencianas y zonas limítrofes. Villena, Ayuntamiento de Villena, p. 455-470.RISCH R. 1995. Recursos naturales y sistemas de producción en el Sudeste de la Península Ibérica entre 3000 y 1000 ANE. PhD Thesis. Bellaterra, Universitat Autònoma de Barcelona.http://tdx.cat/handle/10803/5524RISCH R. 2002. Recursos naturales, medios de producción y explotación social. Un análisis económico de la inudustria lítica de Fuente Álamo (Almería), 2250-1400 antes de nuestra era. Iberia Archaeologica, 3. Mainz, P. von Zabern.SCHUBART H., PINGEL V. & ARTEAGA O. 2000. Fuente Álamo. Las excavaciones arqueológicas 1977-1991 en el poblado de la Edad del Bronce. Sevilla, Junta de Andalucía, Consejería de Cultura.SOLER GARCÍA J. M. 1987. Excavaciones arqueológicas en el Cabezo Redondo (Villena, Alicante). Villena, Ayuntamiento de Villena.STIKA H.- P. 2000. Resultados arqueobotánicos de la campaña de 1988 en Fuente Álamo. In Schubart H., Pingel V. & Arteaga O. (eds.), Fuente Álamo. Las excavaciones arqueológicas 1977-1991 en el poblado de la Edad del Bronce. Sevilla, Junta de Andalucía, Consejería de Cultura, p. 183-221.STURTEVANT W. C. & ORTIZ A. 1979. Handbook of North American Indians: Southwest, Washington, Smithsonian Institution.ZIMMERMANN A. 1988. Steine. In Böelicke B., Lüning J. & Stehli, P. (eds.), Der bandkeramische Fundplatz Langweiler 8, Gemeinde Aldenhoven, Kr. Düren. Bonn, Rheinische Ausgrabungen 28, p.569-787.